Prochain séminaire : jeudi 30 avril 2020

SAVE THE DATE

J’ai mal à ma LAMal, …Est-ce grave Docteur ?

À l’occasion des élections fédérales 2019, les sondages ont placé la problématique des hausses de primes d’assurance-maladie comme premier élément d’inquiétude des citoyennes et citoyens de notre pays. Par ailleurs, les mêmes sondés déclarent que la qualité des soins est excellente et qu’elle ne devrait pas être diminuée. Cette évidence ou ce paradoxe,  entre d’une part, les coûts du système de santé  et d’autre part la quantité et la qualité des soins délivrés, démontre la complexité du sujet.

L’augmentation des coûts perdure depuis longtemps. Ceux-ci s’élevaient à 20 milliards en 1976, à 40 milliards en 1996 et à plus de 80 milliards en 2018.

Peut-on en déduire qu’avec ou sans la LAMal, les coûts s’envolent depuis longtemps, et que jusqu’à présent, les mesures d’économies préconisées, quel qu’en soit l’auteur ou le prescripteur, n’ont eu que peu d’effet ?

Dès lors, comment les acteurs du secteur de la santé peuvent-ils fléchir, voire inverser la tendance, sans toucher à la qualité et à l’accessibilité des soins, au libre choix du prestataire de soins, au catalogue des prestations et à la liberté de contracter ?

Sommes-nous arrivés au bout du bout de notre modèle de financement du système de santé ? Quel système adopté ou inventé ? Devrions-nous opter pour un modèle « à la nordique », c’est-à-dire une économie de la santé planifiée, des prestataires de soins salariés et un financement par l’impôt ?

Sachant notamment que 80% des coûts de santé sont imputables aux maladies chroniques (MNT), au lieu de ne financer que les prestations diagnostiques et thérapeutiques, ne devrions-nous pas aussi financer les actions de promotion et de prévention de la santé ? Car à l’évidence, une population en bonne ou en meilleure santé est une source d’économies prometteuse. Faudrait-il introduire des bonus et des malus auprès des assurés, comme cela se pratique pour les assurances privées ?

C’est à ces questions que nos invités seront sollicités à l’occasion de notre séminaire pratique santé 2020.